back to top

RDC : le CLC fustige la violence de la répression contre les opposants congolais

Le Comité Laïc de Coordination signe et condamne la répression dont sont victimes ces derniers temps, les opposants congolais. Dans son communiqué du communiqué rendu public en début de semaine à Kinshasa, le CLC démontre que ‹‹nulle personne, quelle que soit la fonction occupée dans notre pays, ne pourra à nouveau usurper le droit souverain du peuple à désigner ses dirigeants, il ne pourra non plus truquer les résultats››.

Le CLC, qui depuis un temps s’était fait assez discret, annonce ses signaux car étant déjà un acteur majeur de la lutte pour le respect de la Constitution. Sa lutte a été démontrée en 2018, année qui avait marqué l’alternance politique en RDC.

Depuis quelques mois, face aux dérives du régime, aux orientations dangereuses prises par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), la « machine » du CLC, sorte de chien de garde de la démocratie congolaise, s’est remise en marche. La répression violente qui a marqué la manifestation pacifique de l’opposition politique du 20 mai n’a fait qu’accentuer sa mobilisation.

Il pointe surtout du doigt la « collaboration » entre les forces de l’ordre et des milices privées, proches du parti présidentiel l’UDPS. Le communiqué explique : « Il est permis, sans aucun doute, de considérer qu’il existe au sein du parti au pouvoir des groupes spécialisés qui se comportent en milices et bénéficient de la tolérance, voire de la complicité des forces de la police ».

Le CLC replonge alors dans l’article 190 de la constitution qui « dispose que nul ne peut, sous peine de haute trahison, organiser des formations militaires, paramilitaires ou des milices privées, ni entretenir une jeunesse armée » et met parallèlement en exergue la cécité et la paralysie de la justice congolaise qui offrent un terrain fertile sur lequel peut progresser cette dangereuse cohabitation entre les forces de l’ordre et ces milices qui peuvent agir en toute impunité.

Outre cette dérive violente, le CLC en profite pour rappeler aussi que « les élections ne sont la propriété privée ni du Président de la CENI, encore moins celle du Président de la République et de son camps politique, mais bel et bien l’expression de la souveraineté du peuple. Ce peuple doit être respecté dans ses droits, car ayant payé au prix du sang son droit constitutionnel de désigner librement ses dirigeants ».

Fort de ces constats inquiétants, le CLC annonce donc que le moment est venu d’administrer des sanctions sévères et « d’intenter des actions pénales contre ceux qui créent des milices ou les arment de machettes, en profitant de la bénédiction du pouvoir ». Il ajoute enfin que «le moment est venu de se mobiliser pour faire sanctionner ceux qui profitent de leur position dans la chaîne électorale pour confisquer cette souveraineté de tout un peuple afin de lui imposer des résultats truqués et tronqués qui leur soient favorables ».

Le CLC achève son communiqué par un appel au peuple congolais de ne pas « céder au découragement ni à la fatalité. L’heure de bannir la peur et de se prendre en charge est arrivée. Nulle personne, quelle que soit la fonction occupée dans notre pays, ne pourra à nouveau usurper le droit souverain du peuple à désigner ses dirigeants !»

Ben AKILI

Sur le même sujet

Kinshasa : « Il faut sauver la vie fes chauffeurs de taxi, victimes des criminels la nuit » (PNC et ACCO)

La Police Nationale Congolaise (PNC) a pris des mesures, lors d'une réunion avec l'Association des Chauffeurs du Congo ( ACCO), samedi 13 juillet 2024. À...

USA : en plein meeting en Pennsylvanie Donald Trump se fait tirer

L’ancien président et candidat à la présidentielle a été légèrement blessé à l’oreille par un tir lors d’un meeting, samedi. Le suspect et un...

RDC : crise au sein de l’UDPS, la légitimité de Augustin Kabuya ne peut être remise en cause par quelques personnes frustrées (présidence du...

À travers sa déclaration politique du vendredi 12 juillet 2024,la présidence de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) s'est clairement prononcée...

Affaire « gifler », « taper » Koffi Olomide convoqué à la Cour de cassation ce lundi

Alors qu'il croyait se tirer de l'affaire, après ses commentaires sur la guerre de l’Est sur le plateau de l’émission «Le Panier» à la...

RDC : développement touristique, Didier M’pambia a échangé avec un groupe d’hommes d’affaires désireux d’investir en RDC

Le ministre du Tourisme, Didier M'pambia Musanga, a rencontré une délégation d'hommes d'affaires conduite par Dr. Farzam Kamalabadi de Future Trends Group. Ces désir...

RDC : les experts comptables réunis dans leur premier congrès à Kinshasa

Ouverture ce jeudi 11 juillet 2024, au Centre financier à Kinshasa du premier congrès de l’ordre national des experts comptables (ONEC) de la République...

Articles récents