back to top

RDC : Félix Tshisekedi lance officiellement la formation de 2500 magistrats nouvellement nommés

Le chef de l’État Félix Tshisekedi a présidé la cérémonie de lancement officiel de la formation initiale de 2500 nouveaux magistrats. La cérémonie s’est déroulée dans la salle de Congrès au palais du peuple. Plusieurs autorités tant civiles que militaires du pays ont pris part à cette cérémonie.

C’est un grand jour qui augure une nouvelle aire pour le Conseil supérieur de la magistrature. Ce jour marque le lancement Officiel de la formation initiale de 2500 nouveau magistrats nommés récemment par le chef de l’État. La cérémonie est grandiose et pleine de signification. Dans son mot, le ministre de la justice et garde des sceaux qui a reconnu les failles enregistrées dans le secteur de la justice, des maux, a pour ce faire, annoncé des réformes qui seront entreprise pour redorer l’image de la justice congolaise.

« La cérémonie de ce jour est à mon sens pleine de signification. Elle marque une ère nouvelle celle de la magistrature mieux de sa renaissance. A vous magistrats nouvellement nommés, je voudrais vous que la magistrature tout en étant un corps d’élite, est plus qu’un apostolat. On ne vient pas dans la magistrature avec l’idée de s’enrichir. Pour ceux qui pensent ainsi, ils n’ont pas leur place dans ce corps », a fait savoir Rose Mutombo.

Des nouveaux magistrats dans la salle de congrès du Palais du peuple.

De son côté, Dieudonné Kamuleta, président de la Cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature a remercié le chef de l’État pour la résolution de l’épineuse question des effectifs des magistrats à travers le recrutement des 5000 nouveaux magistrats. Une première dans l’histoire judiciaire de la RDC. Conscient du grand défi de l’appareil judiciaire, Dieudonné Kamuleta a invité les magistrats à bannir les mauvaises pratiques pour la restauration d’un Etat de droit.

« La magistrature est une carrière, ce qui veut dire que en venant dans la magistrature on vient pour servir la Nation. Les espoirs de la Nation et du garant de cette Nation, reposent sur vous qui venez d’entrer. Si votre entrée dans la magistrature est venue pour servir la Nation, la justice ou la magistrature va changer. Regardez votre nombre et si seulement nous pouvons réussir à nous recadrer et à regarder dans la direction que nous a indiqué le magistrat suprême, je le dis avec force, l’année ne se terminera pas sans que un vent nouveau, un vent de paix et d’espoir puisse planner sur toute l’étendue de la République en ce qui concerne la justice. Nous tenons à cela et nous croyons en cela », a déclaré Dieudonné Kamuleta président de la Cour Constitutionnelle.

Tous les corps réunis pour le lancement officiel de la formation des nouveaux magistrats.

La justice congolaise présente un tableau peu reluisant. Il faut lui administrer une thérapie. Dans son mot de lancement, le chef de l’État a réitéré sa détermination dans la lutte contre les antivaleurs. Ainsi avec la nomination des 2500 nouveaux magistrats et le lancement de cette formation concrétise l’un des engagements pris par le chef de l’État Félix -Antoine Tshisekedi depuis son accession au sommet de l’Etat. Le président de la République qui a fustigé les maux qui gangrènent la justice congolaise, appelle à la renaissance de la justice. C’est qui selon lui, passe par un engagement de tous à travers l’érection des sanctions sans complaisance.

« Je tiens absolument à la restauration de la discipline, de l’éthique et de l’intégrité au sein de la magistrature et plus particulièrement à redorer l’image de la justice de mon pays longtemps ternie. Je suis préoccupé par la bonne marche et l’efficacité de notre appareil judiciaire. Or, pour être efficace, notre appareil judiciaire a besoin à tous les niveaux, d’animateurs dignes, intègres, bien formés et en nombre suffisant qui doivent être placés dans des conditions de vie descente et des conditions de travail adéquates », a-t-il dit.

Il faut noter que les 2500 magistrats civils et militaires nommés récemment par le chef de l’État prennent part à cette formation de 3 mois à travers 3 sites à savoir, Kinshasa, Lubumbashi et Sud – Kivu.

Josée KALUMBA

Sur le même sujet

RDC : ayant travaillé durant les lXes Jeux de la Francophonie, quelques personnes revendiquent encore leurs salaires une année après

Bientôt les personnels d'appoints des IXes Jeux de la Francophonie vont battre les pavés pour réclamer leur salaire qui reste en souffrance, une année...

Gisèle MBWANSIEM Mupa, DGA de LMC SA, soutient son mémoire au Collège des Hautes Études de Stratégie et de Défense à Gombe

Détentrice d'un diplôme de licence en gestion financière, option fiscalité à la Haute École de Commerce de Kinshasa, ex-ISC, Madame Gisèle MBWANSIEM Mupa vient...

RDC : vers l’élection du Bureau définitif du Sénat, le Règlement intérieur déja transmis à la Cour constitutionnelle par le Bureau provisoire

Les choses se précisent de plus en plus à la Chambre haute du Parlement de la République démocratique du Congo. Après son adoption par...

RDC : affaire Koffi Olomide, ses avocats sollicitent un report suite à l’absence de leur client

Convoqué au Parquet général près la Cour de cassation, ce lundi 15 juillet 2024, l'artiste chanteur Koffi Olomide a brillé par son absence. À en...

Rusthuru : traitée de tous les maux, la CENCO qualifie d’incident inattendu l’intervention de Corneille Nangaa en pleine eucharistie

Traitée de tout le mot suite à la prise de parole par Corneille Nangaa pendant la célébration eucharistique du dimanche 14 juillet 2024, dans...

Convocation de Koffi en justice : Lamuka soutient le chanteur et crie à une dérive dictatoriale!

Après la convocation du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel de la Commission (CSAC), le chanteur congolais Koffi Olomide est attendu, ce lundi 15 juillet 2024,...

Articles récents