back to top

RDC : la société civile accuse les services secrets d’être à la base de plusieurs cas de torture

Dans un rapport de la société civile que la DW a consulté, les services secrets de la RDC sont accusés d’enlèvements, de détentions abusives et même de torture.

Alors qu’une plainte contre le directeur des services de renseignements militaires, le général major Christian Ndaywel, a récemment été déposée devant la justice belge, dans le cadre de la mort de l’opposant Chérubin Okende, un rapport de la société civile critiquant les services secrets congolais vient de paraître.  

Enlèvements, détentions abusives hors de tout cadre légal et parfois cas de torture… Des pratiques qui ne diffèrent en rien avec l’ancien pouvoir de Joseph Kabila. C’était pourtant une promesse du président congolais, Félix-Antoine Tshisekedi.

En février 2019, devant la diaspora congolaise en Namibie, le fraîchement élu président disait vouloir « humaniser les services de renseignements », à savoir l’Agence nationale de renseignement, dit l’ANR, ainsi que les renseignements militaires, aussi appelés ex-Démiap. 

Près de cinq ans plus tard, qu’en est-il ?

Selon Yves Bahati, du Mouvement panafricain en RDC, les choses n’ont pas vraiment évolué.  

« Pas plus tard que vendredi 3 novembre, six jeunes ont été arrêtés et sont encore détenus dans les cachots de l’ANR dans la commune de la Gombe« , assure-t-il au micro de nos confrères de la DW.

« Jusque-là, ils ne savent pas pourquoi ils sont détenus. Certains disent que c’est parce qu’ils parlent mal Lingala.« 

D’un régime à l’autre, les pratiques sont restées les mêmes, comme le déplore monsieur Bahati en parlant du président actuel.  

« Il a reconnu que pendant l’ancien régime, l’ANR était une police politique du régime. Mais malheureusement, rien n’a changé« , regrette-t-il. 

En juin dernier, dans son fief de Mbuji Mayi, Félix-Antoine Tshisekedi avait prévenu qu’il s’attaquerait à « tout Congolais qui mettrait en danger la sécurité et la stabilité du Congo« , tout en précisant, « démocrate je suis, démocrate je resterai« .   

Mais, un rapport de l’Association congolaise pour l’accès à la justice, daté de septembre 2023, indique que « malheureusement, les méthodes condamnées et décriées par le passé font curieusement un retour en force« .

Dans ce même rapport, l’Association congolaise pour l’accès à la justice donne 18 noms de personnes détenues illégalement et certaines d’entre elles ont été interpelées par l’ex-Démiap, comme ce fut le cas de l’opposant Franck Diongo, par exemple.  

Selon une source engagée dans la défense des droits de l’Homme, « la Démiap est aussi mêlée dans des arrestations arbitraires et des cas font état de ce service comme agence de détention« . 

Sur le même sujet

RDC : ayant travaillé durant les lXes Jeux de la Francophonie, quelques personnes revendiquent encore leurs salaires une année après

Bientôt les personnels d'appoints des IXes Jeux de la Francophonie vont battre les pavés pour réclamer leur salaire qui reste en souffrance, une année...

Gisèle MBWANSIEM Mupa, DGA de LMC SA, soutient son mémoire au Collège des Hautes Études de Stratégie et de Défense à Gombe

Détentrice d'un diplôme de licence en gestion financière, option fiscalité à la Haute École de Commerce de Kinshasa, ex-ISC, Madame Gisèle MBWANSIEM Mupa vient...

RDC : vers l’élection du Bureau définitif du Sénat, le Règlement intérieur déja transmis à la Cour constitutionnelle par le Bureau provisoire

Les choses se précisent de plus en plus à la Chambre haute du Parlement de la République démocratique du Congo. Après son adoption par...

RDC : affaire Koffi Olomide, ses avocats sollicitent un report suite à l’absence de leur client

Convoqué au Parquet général près la Cour de cassation, ce lundi 15 juillet 2024, l'artiste chanteur Koffi Olomide a brillé par son absence. À en...

Rusthuru : traitée de tous les maux, la CENCO qualifie d’incident inattendu l’intervention de Corneille Nangaa en pleine eucharistie

Traitée de tout le mot suite à la prise de parole par Corneille Nangaa pendant la célébration eucharistique du dimanche 14 juillet 2024, dans...

Convocation de Koffi en justice : Lamuka soutient le chanteur et crie à une dérive dictatoriale!

Après la convocation du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel de la Commission (CSAC), le chanteur congolais Koffi Olomide est attendu, ce lundi 15 juillet 2024,...

Articles récents