RDC : soucieuse de bonnes élections, la candidate n°9 Marie-Josée Ifoku propose une transition de trois ans

Marie-Josée Ifoku propose une transition de trois ans pour l’organisation de bonnes élections en RDC. La candidate numéro 9 a fait cette proposition ce mercredi 06 décembre, à deux semaines de la tenue de la présidentielle du 20 décembre 2023. Pour elle, cette transition est nécessaire puisqu’au stade actuel, la Commission Electorale Nationale Indépendante ne serait pas prête pour organiser des élections libres, crédibles et transparentes.

Deux semaines après le début de la campagne, Marie-José Ifoku n’a jusque-là pas encore débuté sa campagne. Quelques-uns de ses panneaux sont visibles par ici et par là, à travers la ville de Kinshasa, mais, madame Ifoku n’a eu à organiser de grands meetings ni à Kinshasa, ni à travers le pays. Elle veut à ce que la CENI réponde aux revendications de l’opposition sur la transparence du processus électoral avant les actions de grande envergure. Pour elle, la CENI ne peut organiser de bonnes élections surtout qu’elle n’a pas répondu à leurs préoccupations.

« Oui, on n’a pas commencé à battre campagne pour la simple et bonne raison que le 13 Novembre nous étions en réunion avec la CENI. Et, tous les candidats Présidents de la République, nous avons expliqué à la CENI que vous n’êtes pas prête. On a parlé des cartes électorales qui s’effacent, on a parlé de la liste électorale qu’ils doivent publier, ils ne l’ont pas fait dans le délai selon la loi, puisqu’il fallait le faire un mois avant le début de la campagne. Jusqu’aujourd’hui ce n’est toujours pas clair et on continue à le demander. Il y a plusieurs raisons que les candidats ont avancées devant la CENI qui n’avaient pas une réponse claire, mais ils ont qu’ils vont s’organiser. Ils ont même dit qu’ils n’avaient pas les moyens, il leur manquait encore 300 millions de dollars. Alors, dites-moi comment par un bâton magique nous allons organiser ces élections-là ? Donc, bref, oui nous allons quand même faire la campagne parce qu’on s’est dit on le chiffre 9, nous allons faire ça dans les deux semaines qui viennent ici », a-t-elle déclaré.

Et d’ajouter :

« Mon combat est justement la rupture du système de prédation qui a commencé à travers ce partage du gâteau de l’Afrique à l’issue de la conférence de Berlin. Donc, je suis absolument contre cela. Ma proposition rapidement je dirais oui on peut aller à une transition, une transition qui peut durer trois ans. Mais, les gens qui vont participer à cette transition-là n’iront pas aux élections. Comme ça il n’y a plus de partage de gâteau, ça sera plus simple comme ça.»

Marie-Josée Ifoku, candidate présidente de la République.

La candidate numéro 9 n’y est pas allée par le dos de la cuillère. Elle veut à tout prix que la RDC change de constitution. Non seulement que l’actuelle constitution fait la part belle aux belligérants, elle ne reflète pas les réalités congolaises estime Madame Ifoku.

« Quand on dit nouvelle république, bien sûr nouvelle constitution. Parce que je viens de vous démontrer que tout ce qui a été fait depuis Etat Indépendant du Congo en passant par ses républiques là et ses transitions tout ça n’a été fait que pour l’intérêt d’un groupe d’hommes. Or gérer un Etat ce n’est pas l’intérêt d’un groupe d’hommes là, c’est gérer tout le monde. C’est ça gérer un Etat. On n’y va pas pour ses intérêts, on y va pour l’intérêt de tout le monde. Donc bien sûr une nouvelle république, une nouvelle constitution parce que celle qui est là c’est la constitution des belligérants, on a voulu calmer les ardeurs des chefs de guerre et on a créé cette constitution qui ne nous ressemble pas vraiment parce que c’est aussi du copier-coller par rapport à d’autres constitutions et nous, nous proposons une constitution congolaise.»

Rappelons que c’est pour la deuxième fois que Marie-Josée Ifoku brigue à la magistrature suprême. Elle fait partie des rares femmes qui ont postulé pour la présidentielle du 20 décembre 2023. La candidate numéro 9 croit malgré tout en sa victoire à cette élection présidentielle.

ACP via Surveillance.cd

Sur le même sujet

RDC : après avoir déposé son rapport préliminaire, Augustin Kabuya reconduit informateur

Aux termes de ses consultations envue d’identifier la majorité parlementaire, l’Informateur Augustin Kabuya a presenté ce lundi son rapport préliminaire au chef de l’Etat...

Consultations politiques en RDC : auprès de l’Informateur, Peter Kazadi présente la moisson de 4AC, 16 élus nationaux et 21 en provinces, tous rangés...

Peter Kazadi Kankonde, Vice-Premier Ministre et Ministre de l'Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières, était au portillon de l'hôtel Hilton de Kinshasa ce mardi 20...

RDC : le premier ministre Sama Lukonde a présenté sa démission au Chef de l’État

Au cours de l’audience lui accordée par le président de la république Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo ce mardi 20 février en debut de soirée,...

Kasaï-Oriental : 9 nouveaux magistrats ont prêté serment à Mbuji-Mayi

09 nouveaux magistrats affectés au parquet des grandes instances de Mbuji-Mayi ont prêté serment ce mardi 20 février, au cours d’une cérémonie solennelle et...

L’Afrique domine le classement des 20 pays à la croissance économique la plus forte au monde en 2024

Les onze premiers pays africains qui devraient connaître de solides performances économiques en 2024 sont:1.Niger (11,2 %)2.Sénégal (8,2 %)3.Libye (7,9 %)4.Rwanda (7,2 %)5.Côte d’Ivoire...

RDC : Thierry Mponda Mudimba, un profil qui rassure le développement du Kasaï-Oriental

Dans l’incertitude du lendemain, la province du Kasaï-Oriental compte se forger un avenir certain, avec à sa tête un homme aux ambitions géantes. Longtemps...

Articles récents