back to top

RDC : soucieuse de bonnes élections, la candidate n°9 Marie-Josée Ifoku propose une transition de trois ans

Marie-Josée Ifoku propose une transition de trois ans pour l’organisation de bonnes élections en RDC. La candidate numéro 9 a fait cette proposition ce mercredi 06 décembre, à deux semaines de la tenue de la présidentielle du 20 décembre 2023. Pour elle, cette transition est nécessaire puisqu’au stade actuel, la Commission Electorale Nationale Indépendante ne serait pas prête pour organiser des élections libres, crédibles et transparentes.

Deux semaines après le début de la campagne, Marie-José Ifoku n’a jusque-là pas encore débuté sa campagne. Quelques-uns de ses panneaux sont visibles par ici et par là, à travers la ville de Kinshasa, mais, madame Ifoku n’a eu à organiser de grands meetings ni à Kinshasa, ni à travers le pays. Elle veut à ce que la CENI réponde aux revendications de l’opposition sur la transparence du processus électoral avant les actions de grande envergure. Pour elle, la CENI ne peut organiser de bonnes élections surtout qu’elle n’a pas répondu à leurs préoccupations.

« Oui, on n’a pas commencé à battre campagne pour la simple et bonne raison que le 13 Novembre nous étions en réunion avec la CENI. Et, tous les candidats Présidents de la République, nous avons expliqué à la CENI que vous n’êtes pas prête. On a parlé des cartes électorales qui s’effacent, on a parlé de la liste électorale qu’ils doivent publier, ils ne l’ont pas fait dans le délai selon la loi, puisqu’il fallait le faire un mois avant le début de la campagne. Jusqu’aujourd’hui ce n’est toujours pas clair et on continue à le demander. Il y a plusieurs raisons que les candidats ont avancées devant la CENI qui n’avaient pas une réponse claire, mais ils ont qu’ils vont s’organiser. Ils ont même dit qu’ils n’avaient pas les moyens, il leur manquait encore 300 millions de dollars. Alors, dites-moi comment par un bâton magique nous allons organiser ces élections-là ? Donc, bref, oui nous allons quand même faire la campagne parce qu’on s’est dit on le chiffre 9, nous allons faire ça dans les deux semaines qui viennent ici », a-t-elle déclaré.

Et d’ajouter :

« Mon combat est justement la rupture du système de prédation qui a commencé à travers ce partage du gâteau de l’Afrique à l’issue de la conférence de Berlin. Donc, je suis absolument contre cela. Ma proposition rapidement je dirais oui on peut aller à une transition, une transition qui peut durer trois ans. Mais, les gens qui vont participer à cette transition-là n’iront pas aux élections. Comme ça il n’y a plus de partage de gâteau, ça sera plus simple comme ça.»

Marie-Josée Ifoku, candidate présidente de la République.

La candidate numéro 9 n’y est pas allée par le dos de la cuillère. Elle veut à tout prix que la RDC change de constitution. Non seulement que l’actuelle constitution fait la part belle aux belligérants, elle ne reflète pas les réalités congolaises estime Madame Ifoku.

« Quand on dit nouvelle république, bien sûr nouvelle constitution. Parce que je viens de vous démontrer que tout ce qui a été fait depuis Etat Indépendant du Congo en passant par ses républiques là et ses transitions tout ça n’a été fait que pour l’intérêt d’un groupe d’hommes. Or gérer un Etat ce n’est pas l’intérêt d’un groupe d’hommes là, c’est gérer tout le monde. C’est ça gérer un Etat. On n’y va pas pour ses intérêts, on y va pour l’intérêt de tout le monde. Donc bien sûr une nouvelle république, une nouvelle constitution parce que celle qui est là c’est la constitution des belligérants, on a voulu calmer les ardeurs des chefs de guerre et on a créé cette constitution qui ne nous ressemble pas vraiment parce que c’est aussi du copier-coller par rapport à d’autres constitutions et nous, nous proposons une constitution congolaise.»

Rappelons que c’est pour la deuxième fois que Marie-Josée Ifoku brigue à la magistrature suprême. Elle fait partie des rares femmes qui ont postulé pour la présidentielle du 20 décembre 2023. La candidate numéro 9 croit malgré tout en sa victoire à cette élection présidentielle.

ACP via Surveillance.cd

Sur le même sujet

RDC : ayant travaillé durant les lXes Jeux de la Francophonie, quelques personnes revendiquent encore leurs salaires une année après

Bientôt les personnels d'appoints des IXes Jeux de la Francophonie vont battre les pavés pour réclamer leur salaire qui reste en souffrance, une année...

Gisèle MBWANSIEM Mupa, DGA de LMC SA, soutient son mémoire au Collège des Hautes Études de Stratégie et de Défense à Gombe

Détentrice d'un diplôme de licence en gestion financière, option fiscalité à la Haute École de Commerce de Kinshasa, ex-ISC, Madame Gisèle MBWANSIEM Mupa vient...

RDC : vers l’élection du Bureau définitif du Sénat, le Règlement intérieur déja transmis à la Cour constitutionnelle par le Bureau provisoire

Les choses se précisent de plus en plus à la Chambre haute du Parlement de la République démocratique du Congo. Après son adoption par...

RDC : affaire Koffi Olomide, ses avocats sollicitent un report suite à l’absence de leur client

Convoqué au Parquet général près la Cour de cassation, ce lundi 15 juillet 2024, l'artiste chanteur Koffi Olomide a brillé par son absence. À en...

Rusthuru : traitée de tous les maux, la CENCO qualifie d’incident inattendu l’intervention de Corneille Nangaa en pleine eucharistie

Traitée de tout le mot suite à la prise de parole par Corneille Nangaa pendant la célébration eucharistique du dimanche 14 juillet 2024, dans...

Convocation de Koffi en justice : Lamuka soutient le chanteur et crie à une dérive dictatoriale!

Après la convocation du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel de la Commission (CSAC), le chanteur congolais Koffi Olomide est attendu, ce lundi 15 juillet 2024,...

Articles récents