back to top

Le 04 janvier de chaque année, la RDC célèbre les martyrs de son indépendance

La République démocratique du Congo célèbre, ce jeudi04 janvier, les martyrs de son indépendance, acquise en 1960 du royaume de Belgique, celà après 52 ans de colonisation. Chaque année, la journée est chômée et payée dans le pays.

La date du 4 janvier 1959, marque le jour où des émeutes avaient éclaté à Léopoldville (ancienne appellation de la capitale Kinshasa) en pleine colonisation belge. Ce jour avait marqué le début de grandes revendications congolaises, qui déboucheront sur l’indépendance de la RDC le 30 juin 1960 après une répression sanglante.

C’était un dimanche, le 4 janvier 1959, un cocktail d’événements va dégénérer en émeutes : l’annulation par l’autorité coloniale d’un meeting sur fond d’émancipation de l’ABAKO (parti de Joseph Kasavubu qui deviendra premier président du pays ) provoque la colère et la frustration de ses partisans.

Ceux-ci avaient été rejoints par une foule nombreuse de supporters furieux de l’équipe de football Vita Club sortant du grand stade Roi Baudouin, proche, où leur équipe venait de perdre son match contre l’équipe Mikado soutenue par les colons. Le cœur de la déferlante populaire était au lieu du meeting annulé, témoigne Alfred Yongolo, ancien membre du parti ABAKO.

« Les gens étaient énervés. À un moment donné, on a vu venir Kasa-Vubu. Il dit à la foule : Le meeting n’aura pas lieu, parce qu’il a été interdit. Mais je vous demande d’avoir foi en l’indépendance. Gardez votre calme. Vive l’indépendance !’. Ah ! Toute la foule reprenait ! ‘Vive l’indépendance !’ C’était parti, c’était spontanée. »

La répression des rassemblements politiques était régulière à cette époque. La force publique qui intervient, réprime dans le sang ces manifestations de colère aux allures d’une véritable insurrection populaire.

Du 4 au 7 janvier, 4 jours durant, Léopoldville, capitale de moins de 500 000 habitants à l’époque, est le théâtre d’actes de violence contre les Européens, leurs commerces, magasins et résidences sont saccagés et pillés, les symboles de l’Etat colonial sont détruits. L’administration a été affolée quand elle a vu le lendemain, le nombre de morts.

Les sources officielles font état de 49 personnes tuées, pendant que d’autres sources notamment de l’ABAKO ( alliance des Bakongo) affirment que l’action répressive aurait fait des centaines de morts. Kasa-Vubu, président de l’ABAKO, est arrêté le 12 janvier 1959. Il sera libéré le 14 mars.

Ces émeutes avaient donné lieu à une salve de revendications congolaises jusqu’à l’obtention de l’indépendance. Joseph Kasa-Vubu devient président de la République et Patrice Emery Lumumba, Premier ministre. Lumumba sera assassiné le 17 janvier 1961 par les services de l’ancienne métropole revancharde.

En 1965, Joseph Mobutu fera son coup d’État, installera pour trente-deux ans une dictature. Évincé par Mobutu, Joseph Kasavubu qui gouvernait dans un contexte de crises politiques, rébellions et tentatives de sécession, fut astreint à résidence à son domicile du Mont Kisundi dans la ville de Boma où il mourut en 1969 à l’âge de 52 ans, oublié dans la précarité.

Une célébration des martyrs inconnus

Officiellement, l’histoire révèle que 47 personnes ont perdu la vie lors des émeutes de Janvier 1959. Cette date revêt un caractère symbolique car pour les historiens, elle marque la marche vers l’indépendance du Congo Belge. Mais qui sont ces personnes dont leur sang avait coulé pour la libération du pays ?

65 ans d’histoire après, aucune recherche ni documentation n’existe sur leurs identités, déplore maitre Marcel Yabili, auteur du livre Vraiment Congo, une tribu cité par le média en Laguardia.

‘‘Leurs noms n’ont jamais été recherchés ni vénérés. Les 47 martyrs avaient été enterrés au cimetière des Noirs dans la commune de Ngiri Ngiri à Kinshasa, ( Léopoldville ). Mais on n’a jamais identifié ni cherché à identifier leurs tombes, ni à les fleurir, ni à les sauvegarder.

Aujourd’hui, ce cimetière n’existe plus. Les martyrs de l’indépendance gisent sous un bâtiment. » Toutes les tombes ont été rasées au profit du projet d’un Supermarché, explique encore Marcel Yabili. Si ces martyrs n’ont plus de demeure en RDC, leur combat reste toutefois capital pour l’histoire du pays.

Les 47 morts avaient bouleversé le roi Baudouin qui fit une allocution qui aboutira à l’indépendance en une année et demie. La Belgique est la seule puissance coloniale qui a accordé l’indépendance sans faire face à une guerre de libération. Cette décolonisation sans lutte armée fut soulignée par Kasavubu et Lumumba dans leurs discours du 30 juin 1960. Lumumba avait d’ailleurs surnommé le roi Baudouin comme « roi libérateur », a-t-il rappelé.

Surveillance.cd

Sur le même sujet

Kongo-Central : activités LMC, la DGA Gisèle Mbwansiem en visite officielle la direction provinciale

Ça fait plus d'une année et demie qu'elle n'a pas foulé ses pieds dans la province du Kongo Central. Depuis jeudi 13 juin 2024,...

Sénat : le Bureau provisoire appelle ses membres à clarifier leur appartenance politique au plus tard le. 19 juin prochain

Le Bureau provisoire du Sénat congolais, par l'entremise de son rapporteur, Ivan Kazadi, appelle ses membres, les élus, à clarifier leur appartenance politique. Il...

Santé : début de la campagne de vaccination contre la poliomyélite à Kinshasa

La vaccination contre la poliomyélite des enfants de 0 à 59 mois a débuté ce jeudi 13 juin 2024 sur toute l’étendue de le...

RDC : « Impunité zéro », cette nouvelle ligne droite de la justice congolaise sous Constant Mutamba

C'est sous le signe de «l'impunité zéro afin de restaurer la justice distributive", que le nouveau patron de la Justice en République Démocratique du...

RDC : Peter Kazadi quitte le ministère de l’intérieur avec la conviction d’avoir défendu valablement sa patrie

Tranquille, calme, le Vice-premier ministre, et désormais ministre honoraire de l'Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières, Peter Kazadi Kankonde, s'est montré plutôt légaliste, en passant...

Lubumbashi : plus de 2000 personnes prennent part à la 19è édition de la DRC Mining Week ouverte mercredi

Ouverture ce mercredi 12 juin à Lubumbashi, des travaux de la 19e édition de la ‘DRC Mining week’, entendez par là, (semaine minière de...

Articles récents