back to top

RDC : affaire coup d’État déjoué, les présumés auteurs ont comparu ce vendredi 7 juin à la prison militaire de Ndolo

Ouverture ce vendredi 07 Juin 2024 à la prison militaire de Ndolo, à Kinshasa, du procès des présumés auteurs du coup d’État manqué dans la nuit du 18 au 19 mai dernier. Au total, 53 personnes sont poursuivies par la Haute Cour Militaire pour une tentative de déstabilisation des institutions du pays à travers leur mouvement insurrectionnel « New Zaïre », dirigé par Christian Malanga tué après échanges des tirs avec les éléments de la garde républicaine.

Ces 53 personnes ont comparu lors de cette première audience dont 4 femmes sont poursuivies pour « attentat, terrorisme, détention illégale d’armes et de munitions de guerre, tentative d’assassinat, association de malfaiteurs, meurtre et financement du terrorisme ». Parmi eux, seuls 10 n’ont que deux griefs retenus à leur charge alors que les autres en ont 6.

Pour cette première journée, le Tribunal a procédé à l’identification de chaque prévenu. Dans la foulée, trois sujets américains, deux congolais naturalisés respectivement, britannique et canadien. L’on signale également la présence de Jean-Jacques Wondo, ce belgo-congolais qui était Conseiller principal de l’Administrateur Général sortant de l’ANR. Une ouverture de procès saluée par la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH), qui par le biais de son président national, affirme avoir déployé ses observateurs pour suivre de près si jamais les droits de la défense sont respectés.

« Nous avons diligenté une mission d’observation judiciaire très importante au niveau de la Commission Nationale des droits de l’Homme. Nos avocats et nos spécialistes dans le domaine sont là en train de noter et de prendre note. Et à chaque fois nous ferons le point au jour le jour pour voir l’évolution de ce procès et nous allons communiquer. Au bout du compte, nous allons élaborer un rapport à publier net envoyé après considérations faites par les autres institutions et nous même, nous allons publier ce rapport d’observation judiciaire de la CNDH », a dit Paul Nsapu.

Maître Richard Bondo, président du collectif des avocats des prévenus, souhaite voir ce procès se dérouler dans le respect des normes et que tout prévenu soit assisté par un avocat de son choix.

« Le procès il est public, vous le couvrez, cela traduit la sincérité des débats. Ce qui voudrait simplement dire qu’avec l’assistance des avocats, il y a le respect de l’Etat de droit tel que prôné par les textes internationaux et nationaux qui régissent la République démocratique du Congo. Et je suis là avec d’autres confrères pour assister les prévenus et il y va de l’intérêt de l’état de droit que tout prévenu soit assisté par le conseil de son choix », a-t-il déclaré.

Avec la présence des étrangers parmi les prévenus, l’opinion congolaise s’interroge sur le sort de ces sujets étrangers au cas où leurs pays obligeraient de les extrader ? Le Colonel Alpha Limbaya, Avocat Général à l’Auditorat supérieur démontre que la RDC est un pays respectueux des droits de l’homme et qui observe strictement ses engagements à l’endroit des plusieurs conventions internationales. Il affirme que ces étrangers tout comme les congolais sont tous gardés en bonne et due forme sans aucune intention de bafouer leurs droits, malgré que les faits pour lesquels ils ont été interpellés pèsent lourds.

« Ces sujets étrangers ont commis des faits en République démocratique du Congo. Et la République démocratique du Congo dans le respect de la loi, ainsi que des conventions internationales que nous avons ratifié, plusieurs conventions internationales que la République démocratique du Congo a ratifié, et qu’il tient à respecter, au moment opportun, après le procès, à l’issue de ce procès, vous aurez de réponse », a-t-il fait savoir.

Après identification de ces prévenus, le président du Tribunal de garnison de Kinshasa-Gombe, le Major Freddy Ewumu a fait part à ces derniers les peines qu’ils courent. Ces peines pour la majorité sont des peines de mort, mais aussi à 20 ans de prison ferme. Après plus de 4heures des débats, le Tribunal a renvoyé le procès au 14 juin prochain. Le temps de permettre à la défense d’être en possession de tous les éléments à charge de leurs clients.

Sur le même sujet

Kongo-Central : activités LMC, la DGA Gisèle Mbwansiem en visite officielle la direction provinciale

Ça fait plus d'une année et demie qu'elle n'a pas foulé ses pieds dans la province du Kongo Central. Depuis jeudi 13 juin 2024,...

Sénat : le Bureau provisoire appelle ses membres à clarifier leur appartenance politique au plus tard le. 19 juin prochain

Le Bureau provisoire du Sénat congolais, par l'entremise de son rapporteur, Ivan Kazadi, appelle ses membres, les élus, à clarifier leur appartenance politique. Il...

Santé : début de la campagne de vaccination contre la poliomyélite à Kinshasa

La vaccination contre la poliomyélite des enfants de 0 à 59 mois a débuté ce jeudi 13 juin 2024 sur toute l’étendue de le...

RDC : « Impunité zéro », cette nouvelle ligne droite de la justice congolaise sous Constant Mutamba

C'est sous le signe de «l'impunité zéro afin de restaurer la justice distributive", que le nouveau patron de la Justice en République Démocratique du...

RDC : Peter Kazadi quitte le ministère de l’intérieur avec la conviction d’avoir défendu valablement sa patrie

Tranquille, calme, le Vice-premier ministre, et désormais ministre honoraire de l'Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières, Peter Kazadi Kankonde, s'est montré plutôt légaliste, en passant...

Lubumbashi : plus de 2000 personnes prennent part à la 19è édition de la DRC Mining Week ouverte mercredi

Ouverture ce mercredi 12 juin à Lubumbashi, des travaux de la 19e édition de la ‘DRC Mining week’, entendez par là, (semaine minière de...

Articles récents