back to top

Comment parler du planning familial en zone de conflit

Dans la ville touristique de Goma, à l’est de la République démocratique du Congo, se trouve le camp de déplacés de Bulengo. Le site abrite enfants, femmes et hommes fuyant le conflit qui sévit dans la région. Plus la guerre s’intensifie, plus le lieu s’accroît au-delà de ses capacités d’accueil. Plus de 100 000 personnes y vivent dans conditions difficiles.

Résultat, une situation humanitaire et sanitaire alarmante. Notamment en ce qui concerne la santé sexuelle et reproductive des femmes et des jeunes filles. Dans une telle promiscuité et tel climat de d’insécurité, celles-ci se retrouvent exposées à des dangers de toute sorte et souvent sans moyen de s’informer.

Néanmoins, des ONG locales et internationales se mobilisent pour apporter des solutions, plus spécifiquement à travers des actions de sensibilisation au planning familial. « C’est un bon outil pour prévenir des grossesses issues de viols, ou des cas d’inceste », explique Mwami Dubois, médecin dans une des cliniques mobiles déployées au camp de Bulengo. « Imaginez une mère qui conçoit dans de telles conditions, quel sera son sort et celui de l’enfant quand il naîtra ? », ajoute-t-il, d’une voix préoccupée.

Pour éviter le pire

Précisément pour cette raison, certaines femmes parviennent à s’arracher des pressions quotidiennes pour se rapprocher des services de planning familial. « On manque où dormir, on manque de nourriture, on manque de tout, il y a des maladies. Tomber enceinte ne ferait qu’aggraver les choses », confie une réfugiée ayant souhaité l’anonymat pour des besoins de sécurité.

Diverses méthodes sont mises à la disposition de ces femmes et jeunes filles. Cela va des implants, préservatifs, injectables aux pilules du lendemain. Le tout est fourni gracieusement par IPAS, une organisation humanitaire américaine spécialisée en santé de la reproduction.

Ces actions de prévention sont plus qu’une nécessité. Car, malgré le traumatisme et les conditions de vie inhumaines des déplacées, la sexualité demeure un droit si elle est consentie.

Afrique Santé avec Surveillance.cd

Sur le même sujet

Culture : le Ministère de la Culture, Arts et Patrimoines dément la participation de la RDC à la Biennale de Venise

Par le biais d'un communiqué officiel, le Ministère de la Culture, Arts et Patrimoines porte à la connaissance dela presse, des partenaires médias et...

Nord-Kivu : situation sécuritaire, la société alerte sur des nouvelles attaques

La situation sécuritaire dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC) reste très préoccupante. La société civile de la province du Nord-Kivu, qui...

Culture : concert du Dojo de Paris annulé, Zaïko Langa Langa confirme sa production du 06 juillet à Bienne

Le groupe musical cher à Jossart Nyoka Longo, Zaïko Langa Langa continue à égayer le public européen, avec la danse "Zonga sima Awa te",...

Pacification de l’Est de la RDC et coopération bilatérale : la Première Ministre échange avec certains diplomates accrédités à Kinshasa

La Première Ministre Judith Suminwa Tuluka a accordé, jeudi 20 juin 2024, une série d'audiences à des diplomates représentant le Pays-Bas, la Chine, les...

RDC : renforcement de collaboration, les responsables de LMC échangent avec le nouveau Ministre du Portefeuille Jean-Lucien Bussa

Quelques jours après l'investiture du nouveau Gouvernement de la RDC, une première rencontre entre le Ministre du portefeuille Jean-Lucien Bussa Tongba, les membres des...

Sénat : le sénateur Jonas Mukamba reçu chaleureusement par le Rapporteur Ivan KAZADI

Les relations sont au beau fixe entre le Bureau provisoire du Sénat et le Patriarche Jonas Mukamba Kadiata Nzemba. Mardi 18 juin 2024, en...

Articles récents