back to top

Guerre à l’est, l’OIM alerte sur de nouveaux déplacés en six mois estimés à près d’un million

Près d’un million de nouveaux déplacés ont été recensés au premier semestre2023, dans un contexte de flambée de violences meurtrières dans la partie Est du pays. Ces données sont de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), rendues public le jeudi 15 juin. Selon cette ONG internationale, cette recrudescence qui est la résultante d’attaques contre des civils par des groupes armés et milices a déplacé « près d’un million de personnes en RDC depuis janvier », estimant que « 6,1 millions de personnes sont actuellement déplacées à l’intérieur de la RDC, soit une augmentation de 17% par rapport à octobre de l’année passée ».

Depuis le début de l’année, l’OIM note que des attaques de groupes armés contre des civils dans l’est (Kivu et Ituri) ont entraîné des pertes en vies humaines, des déplacements massifs de population et une instabilité croissante

« La situation humanitaire continue de se détériorer et des millions de personnes sont confrontées à une insécurité alimentaire aiguë ainsi qu’à d’autres besoins critiques », alerte l’OIM.

Selon l’organisation, « plus de 26 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire » dans le pays, qui compte environ 100 millions d’habitants.

En débutdesemaine, au moins 46 personnes dont de nombreux enfants ont été tuées en Ituri dans l’attaque d’un camp des déplacés par la milice communautaire Codéco, qui affirme protéger la tribu Lendu face à une tribu rivale, les Hema.

Ce massacre a entraîné « le nouveau déplacement de plus de 7.800 personnes du site, la destruction d’abris et d’effets personnels », selon l’organisation.

Ainsi dans son rapport publié, l’OIM « condamne fermement cette violation odieuse du droit international humanitaire et rappelle que les attaques contre des civils peuvent constituer des crimes de guerre ».

Déjà, le procureur de la Cour pénale internationale a annoncé jeudi dernier qu’il allait procéder à un examen préliminaire concernant des crimes présumés des « forces et groupes armés » commis du 1er janvier 2022 à ce jour » dans la province du Nord-Kivu.

Clarisse Mbiya

Sur le même sujet

Séminaire Gouvernemental : « Votre rôle est crucial pour assurer une gouvernance efficace et orientée vers les résultats… »(Félix Tshisekedi)

Le président de la République, Félix Tshisekedi a procédé à l'ouverture des travaux du séminaire gouvernemental, dimanche 21 juillet au Palais de la Nation...

RDC : le Dr Roger Kamba échange avec une délégation d’investisseurs conduite par le Dr Lohanga Konga pour l’éclosion de secteurs clés

Dans l'optique de faire de la République démocratique du Congo (RDC) un paradis terrestre retrouvé, comme prédit par Dieu, le créateur, il y a...

RDC : ayant travaillé durant les lXes Jeux de la Francophonie, quelques personnes revendiquent encore leurs salaires une année après

Bientôt les personnels d'appoints des IXes Jeux de la Francophonie vont battre les pavés pour réclamer leur salaire qui reste en souffrance, une année...

Gisèle MBWANSIEM Mupa, DGA de LMC SA, soutient son mémoire au Collège des Hautes Études de Stratégie et de Défense à Gombe

Détentrice d'un diplôme de licence en gestion financière, option fiscalité à la Haute École de Commerce de Kinshasa, ex-ISC, Madame Gisèle MBWANSIEM Mupa vient...

RDC : vers l’élection du Bureau définitif du Sénat, le Règlement intérieur déja transmis à la Cour constitutionnelle par le Bureau provisoire

Les choses se précisent de plus en plus à la Chambre haute du Parlement de la République démocratique du Congo. Après son adoption par...

RDC : affaire Koffi Olomide, ses avocats sollicitent un report suite à l’absence de leur client

Convoqué au Parquet général près la Cour de cassation, ce lundi 15 juillet 2024, l'artiste chanteur Koffi Olomide a brillé par son absence. À en...

Articles récents