back to top

Sortie du Gouvernement Judith Suminwa : pessimisme, optimisme, incertitude et indifférence de la population

Le premier gouvernement pour le deuxième quinquennat de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo à la tête de la République Démocratique du Congo a été rendu public tard vers trois heures du matin de ce mercredi 29 Mai 2024.

Chapeauté par Madame Judith Suminwa, ce corps de l’exécutif national compte au total 54 membres. Parmi eux dix-huit femmes, un premier record depuis l’accession du pays à l’indépendance, le 30 Juin 1960.

Cette publication intervient après cinq mois de l’investiture du Président de la République et environs deux mois depuis la nomination de la première ministre.

La première femme cheffe du gouvernement en RDC veut réduire le trait de vie des institutions étatiques, qui selon le dernier rapport de l’observatoire des dépenses publiques, sont les plus budgétivores.

En effet, sur les 16 milliards de dollars américains adoptés pour l’exercice 2023, les institutions de la République Démocratique du Congo avaient à elles seules consommés près de 25 pourcents dudit budget.

Faut-il s’attendre à l’amélioration des conditions de vie des congolais pour cette première année du nouveau quinquennat ? En tout cas, les points de vue sont divergents.

Pour le parti de Joseph Kabila, président honoraire de la République, la situation générale du pays s’empirera davantage.

« Comme le gouvernement précédent, les congolais ne doivent rien attendre du nouveau gouvernement de l’union sacrée. Ils ont déshabillé saint Pierre pour habiller saint Paul. Le pays va très mal et avec ce Gouvernement, la situation s’empirera davantage », a laissé entendre Francine Muyumba, ancienne sénatrice et membre fervente du Front Commun pour le Congo.

Un point de vue que Claude Muhindo, 32 ans hésite de partager tout en se montrant indifférent. Ce revendeur des crédits cellulaires au centre ville de Beni s’est simplement contenté de prendre connaissance des noms des nouveaux ministres sans attendre grand chose.

« J’ai appris qu’il un gouvernement depuis cette nuit. J’ai lu les noms des nouveaux ministres et je ne connais personne. À quoi cela me sert ? », s’interroge t-il, car ajoute-il, « je vis de mes propres efforts. Gouvernement ou pas, la situation reste la même. »

Des réactions fusent de partout, même sur la toile. C’est le cas du journaliste Shoukran Listani qui pense qu’avec l’avènement de ce gouvernement, c’est le changement.

« C’est la fin de dinosaures : Bahati, Boshab, Okitundu, Lumanu, etc. Qu’ils soient représentés ou pas, nous allons lentement vers une nouvelle génération. Il y a certes encore une très grande de leur ombre, mais dans le fond, ce gouvernement est bien meilleur que celui de Lukonde et encore mieux que celui de Ilunkamba », se réjouit pour sa Shoukran Litsani , journaliste congolais.

« Une joie à évaluer après le travail de chacun des membres du nouveau gouvernement», estime Jules Mukohe, responsable religieux. Il se réjouit tout de même de la reconduction de certains « ministres qui ont travaillé pour l’intérêt du peuple ».

Pour évaluer le travail de chaque ministre, une réponse à chacun de défis que connaît le pays est nécessaire.

En effet, la République Démocratique du Congo fait face à une insécurité grandissante dans sa partie orientale. Cette situation s’est dégradée d’avantage avec la réapparition du Mouvement du 23 Mars au Nord-Kivu mi 2021. Conséquences, environ 7 millions des personnes ont été forcées de se déplacer de leurs localités pour trouver refuge dans des agglomérations jugées en sécurité.

« À Beni, l’important c’est la sécurité. Ce gouvernement doit en finir avec les massacres perpétrés par les Forces Démocratiques Alliés, ADF que nous traversons depuis dix ans. Il y a eu plusieurs changements des gouvernements mais sans impact. C’est la dernière occasion pour nous », lance Joash Kisuki, revendeur de cacao en Territoire de Beni.

« La taille du gouvernement, la représentativité par région géographique, le genre et l’âge, tous les critères semblent avoir été respecte. Ce que nous attendons c’est le résultat », insiste Innocent Mbayahi diplômé en droit public et Chef de base à Beni ville.

Pour exécuter son programme, Madame Judith Suminwa et son équipe compte cette première année sur un budget de 16 milliards de dollars américains.

Dans le projet de budget 2024, les prévisions adoptées sont relativement bien réparties entre les dépenses de fonctionnement (49,7 %) et celles d’investissement (50,3 %) sachant tout de même que les frais de fonctionnement sont majoritairement consommés par les responsables de services. Les dépenses des équipements englobent une bonne partie du budget 2024 (34,4 %) tandis que celles du personnel sont de 23,6 % qui prennent en charge les nouvelles recrues de l’armée, de la police et de la magistrature. Une tendance inverse par rapport au budget 2023.

Benjamin Sivanzire

Sur le même sujet

RDC : ayant travaillé durant les lXes Jeux de la Francophonie, quelques personnes revendiquent encore leurs salaires une année après

Bientôt les personnels d'appoints des IXes Jeux de la Francophonie vont battre les pavés pour réclamer leur salaire qui reste en souffrance, une année...

Gisèle MBWANSIEM Mupa, DGA de LMC SA, soutient son mémoire au Collège des Hautes Études de Stratégie et de Défense à Gombe

Détentrice d'un diplôme de licence en gestion financière, option fiscalité à la Haute École de Commerce de Kinshasa, ex-ISC, Madame Gisèle MBWANSIEM Mupa vient...

RDC : vers l’élection du Bureau définitif du Sénat, le Règlement intérieur déja transmis à la Cour constitutionnelle par le Bureau provisoire

Les choses se précisent de plus en plus à la Chambre haute du Parlement de la République démocratique du Congo. Après son adoption par...

RDC : affaire Koffi Olomide, ses avocats sollicitent un report suite à l’absence de leur client

Convoqué au Parquet général près la Cour de cassation, ce lundi 15 juillet 2024, l'artiste chanteur Koffi Olomide a brillé par son absence. À en...

Rusthuru : traitée de tous les maux, la CENCO qualifie d’incident inattendu l’intervention de Corneille Nangaa en pleine eucharistie

Traitée de tout le mot suite à la prise de parole par Corneille Nangaa pendant la célébration eucharistique du dimanche 14 juillet 2024, dans...

Convocation de Koffi en justice : Lamuka soutient le chanteur et crie à une dérive dictatoriale!

Après la convocation du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel de la Commission (CSAC), le chanteur congolais Koffi Olomide est attendu, ce lundi 15 juillet 2024,...

Articles récents